Imprimer (nouvelle fenêtre)

Témoignages

Syndicat mixte de l’Orvanne

Restaurer la continuité de l’Orvanne afin de retrouver une rivière vivante, dynamique et fonctionnelle ; telle est la démarche novatrice engagée par le Syndicat mixte de l’Orvanne.

Entretien avec Maurice Branchard, Président du syndicat mixte d’études et d’aménagement de la vallée de l’Orvanne

Pourquoi cette démarche ?

M. Branchard

En tant que pêcheur, j’attache une grande importance à la qualité du milieu, gage d’une grande biodiversité. C’est pourquoi, depuis de nombreuses années, avec l’aide de l’Equipe Départementale d’Assistance Technique à l’Entretien des Rivières du Département (EDATER), le syndicat réalise un entretien léger, associé à une procédure d’ouverture hivernale des vannes.

Alors, quand les représentants du Conseil général et de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie m’ont proposé que l’Orvanne devienne pilote en matière de libre circulation piscicole et sédimentaire, je n’ai pas hésité un seul instant.

Vannage de Bichereau avant

Comment en êtes-vous venus à restaurer les continuités écologiques ?

Le Département et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie nous ont incité à réaliser une étude globale sur la totalité du cours d’eau en 2008-2009. Cette étude nous a aidé à comprendre le fonctionnement de l’Orvanne, à identifier et caractériser les dysfonctionnements, à définir une politique globale de gestion (décloisonnement, amélioration des écosystèmes, entretien adapté, etc.) et à réaliser un programme d’actions hiérarchisées et compatible avec notre budget.

Cette étude, d’un coût de 80 000 € HT, financée à 80% par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et le Département, nous a permis de constituer un catalogue d’actions visant l’amélioration de la morphologie du lit, des berges de l’Orvanne et surtout l’effacement des effets négatifs des ouvrages transversaux (seuils, vannages de moulins ou de lavoirs).

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Outre les pêcheurs locaux qui voyaient là une atteinte à leur cadre d’activité, ce sont surtout les élus qu’il a fallu convaincre. En effet, ces derniers ayant œuvré à la restauration des ouvrages pendant plusieurs décennies comprenaient mal, à présent, le changement de politique et acceptaient difficilement l’idée de défaire ou de modifier ce qu’ils avaient restauré 20 ans plus tôt.

Il a également fallu convaincre les propriétaires riverains afin qu’ils signent une convention d’accès aux parcelles privées.

Vannage de Bichereau après

Quels conseils donneriez-vous à vos homologues ?

Informer, informer et encore informer !

En effet, un tel projet ne peut se faire sans l’acceptation des principes de restauration des milieux aquatiques par la population et les élus locaux. Il faut notamment organiser des réunions (Comité de pilotage et réunions publiques d’information) et surtout des visites de terrain afin que chacun puisse se rendre compte des problèmes rencontrés et des solutions proposées.

Je suis conscient que cela prendra beaucoup de temps, mais c’est le lot de tout changement de cap !

FICHE D'identité

Une rivière

  • L’Orvanne (55 km / 33 seuils) située dans le Bocage Gâtinais
  • Particularité : rivière de 1ère catégorie piscicole

Un acteur

  • Le Syndicat de l’Orvanne créé en 1968
  • 13 communes (dont 3 dans le département de l’Yonne)
  • Particularité : ouverture des vannes pendant 3 mois d’hiver

Une base de travail

  • L’étude globale sur la totalité du cours d’eau

CONTACTS +

Syndicat Mixte d'Etudes et d'Amménagement de la Vallée de L'Orvanne

7-9 rue Grande - 77940 VOULX
Tél. : 01 64 31 56 92
Fax : 01 64 31 04 64

Email