Imprimer (nouvelle fenêtre)

Eau du robinet

Quels sont les polluants de l'eau potable ?

Les micro organismes pathogènes

Origine

L’eau brute peut être contaminée par des micro-organismes pathogènes ( bactéries , virus, parasites). Aussi, l’eau subit des traitements de désinfection (eau de javel, chlore gazeux, ozone…). Les traitements de désinfection doivent être suffisants et adaptés pour supprimer ces germes dans l'eau brute et éviter une contamination secondaire, dans le réseau de distribution.

Retour au menu

Conséquences sur la santé

Autrefois, la mauvaise qualité bactériologique de l’eau a été à l’origine de maladies infectieuses et a favorisé la propagation d’épidémies (typhoïde, choléra…), et celà se rencontre encore dans certaines contrées, ou après des catastrophes naturelles.

Aujourd’hui, bien que les risques soient mineurs, ils ne doivent pas être sous-estimés. Par exemple, on constate que les cas de gastro-entérites aiguës sont plus élevés dans les communes où l’eau est de mauvaise qualité bactériologique. Le nombre de cas reste cependant très limité.

Retour au menu

Réglementation

Le Code de la santé publique exige l’absence d’Escherichia coli et d’entérocoques (germes témoins de contamination fécale).

Retour au menu

Actions curatives

Si les analyses montrent la présence de germes pathogènes, le responsable de la distribution de l’eau potable est tenu d’engager une action corrective immédiate qui va du rinçage d’une canalisation à une désinfection totale extrêmement poussée. Par ailleurs, il est tenu d’informer et de conseiller la population.

Retour au menu

Les "pesticides" ou produits phytosanitaires

Origine

Les pesticides ou produits phytosanitaires sont des substances chimiques utilisées pour détruire ou limiter le développement d’animaux ou de végétaux . Ils tuent les insectes (insecticides) ou les herbes (herbicides). Certains sont destinés à lutter contre les maladies des plantes causées par les champignons (fongicides), à se débarrasser des limaces (anti limaces), des rats (raticides)…

Les pesticides sont surtout utilisés dans l’ agriculture (90% des usages) et dans une moindre mesure (10% des usages) pour les jardins des particuliers, les industries du textile et du bois, les espaces verts publics , l’entretien des routes et des voies ferrées .

La pollution par les pesticides s’effectue par le ruissellement ou par l’ infiltration . Cette pollution peut être diffuse (fréquence d’utilisations) ou ponctuelle (déversements accidentels, orages..).

Retour au menu

Conséquences sur la santé

La toxicité des pesticides est variable d’un produit à l’autre. A faible dose, l’exposition régulière aux pesticides est suspectée de provoquer des effets graves à long terme : troubles de croissance, de reproduction, cancers du cerveau, malformations à la naissance, maladie de Parkinson. Par ailleurs, les pesticides participent à l'appauvrissement de la biodiversité végétale et animale (coccinelles, abeilles, vers de terre, certains rapaces, gibiers... par exemple).

Retour au menu

Réglementation

Le Code de la santé publique fixe les limites à respecter :

- 0,1 microgramme par litre par substance individualisée

- 0,5 microgramme par litre pour le total des substances mesurées

Retour au menu

Actions curatives

Si les limites sont dépassées, le responsable de la distribution de l’eau potable est tenu de faire une enquête pour trouver les causes du dépassement et prendre les mesures correctives nécessaires. Parallèlement, il est tenu d’informer et de conseiller la population .
Si aucune solution ne peut être mise en œuvre rapidement, le responsable de la distribution de l’eau potable peut demander une dérogation au préfet d’une durée maximale de 3 ans, renouvelable deux fois.

En 2005, 0,3% des franciliens ont été exposés à une eau dépassant les seuils réglementaires en pesticides et ayant nécessité la mise en place de restrictions d’usage.

Remarque : la prévention passe par la sensibilisation du public, mais aussi des agriculteurs, des agents d’entretien des routes et des espaces publics des communes.

Retour au menu

Les nitrates

Origine

L’azote organique est présent en abondance dans la nature. Les nitrates constituent le stade final d’oxydation de l’azote organique. Les nitrates sont naturellement présents dans le sol et les plantes. Mais les teneurs en nitrate peuvent être augmentées par les rejets d’eaux usées, les effluents industriels et les engrais . Les nitrates étant solubles dans les eaux, ils se retrouvent en quantité anormale dans les eaux de surface et les eaux souterraines.

Retour au menu

Conséquences sur la santé

Les nitrates se trouvent dans l’alimentation humaine, notamment dans les légumes. Ingérés en trop grande quantité, les nitrates peuvent se transformer en nitrites qui présentent des dangers pour la santé. La transformation des nitrates ingérés en excès peut perturber l'oxygénation du sang, en particulier chez les nourrissons et les jeunes enfants . Elle peut faire apparaitre des substances suspectées d'effets cancérigènes.

Les nitrates en excès contribuent à l’ eutrophisation des eaux de surface : prolifération de végétaux et algues planctoniques aquatiques dont certaines espèces produisent des toxines nuisibles pour la santé.

Retour au menu

Réglementation

Le Code de la santé publique fixe à 50 mg/L la teneur maximale à respecter au robinet du consommateur.

Retour au menu

Actions curatives

En cas de dépassement de limite, le responsable de la distribution de l’eau potable doit faire une enquête pour en trouver les causes et prendre les mesures correctives nécessaires (traitement ou raccordement sur une autre ressource). Parallèlement, il est tenu d’informer et de conseiller la population.
Si aucune solution ne peut être mise en œuvre rapidement, le responsable peut demander au préfet une dérogation d’une durée maximale de 3 ans, renouvelable deux fois, sous certaines réserves.

Retour au menu

Le plomb

Origine

Le plomb se trouve à l’état naturel dans de nombreux minéraux. Ce métal employé dans de nombreuses industries est facilement éliminé par certains traitements classiques. Mais la corrosion des canalisations en plomb peut conduire à des niveaux trop élevés dans l'eau distribuée. Ainsi, la présence de plomb dans l’eau a le plus souvent pour origine les canalisations en plomb au niveau du branchement public ou du réseau intérieur privé. Lorsque l’eau stagne quelques heures dans des canalisations en plomb, le plomb a tendance à se dissoudre dans l’eau distribuée.

Retour au menu

Conséquences sur la santé

En trop grande quantité dans le sang (plombémie), le plomb provoque une intoxication (saturnisme). Les jeunes enfants y sont particulièrement sensibles car leur système nerveux est en développement.
En trop grande quantité dans les tissus osseux, le plomb en se libérant peut provoquer des troubles plus ou moins graves sur le système nerveux, sanguin ou rénal.

Retour au menu

Réglementation

La pose de canalisations en plomb est interdite depuis 1995.
La limite actuelle recommandée est de 25 microgrammes par litre .
Mais l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) recommande de porter cette limite à 10 microgrammes par litre en 2013.

Retour au menu

Actions curatives

En cas de risque d’ingestion de plomb via des canalisations en plomb, le Ministère de la santé recommande :
- de laisser couler l’eau ayant stagné dans les canalisations avant consommation,
- de ne pas utiliser l’eau chaude pour la consommation car les températures élevées augmentent les risques de dissolution du plomb dans l’eau distribuée,
- de consommer de l’eau embouteillée pour les enfants et les femmes enceintes quand le risque est prouvé,
- de procéder à la suppression de toute canalisation en plomb.

Remarque : les exploitants de réseaux publics ont mis en place un programme de remplacement des branchements publics en plombs d’ici 2013. Mais on note des difficultés financières et techniques pour le remplacement des canalisations en plomb dans les réseaux privés.

Retour au menu

Le fluor

Origine

Le fluor se trouve principalement dans l’alimentation (thé, poissons de mer), les eaux minérales et peut être ajouté dans les dentifrices. On trouve également du fluor dans les rejets de certaines industries (verre, céramique) et les engrais phosphatés. Entrant dans la composition de certaines roches, il peut se retrouver naturellement dans l'eau des nappes phréatiques .

Retour au menu

Conséquences sur la santé

Le fluor joue un rôle fondamental dans la formation des dents et des os. Il est donc indispensable. Les effets néfastes du fluor n’apparaissent que lorsqu'il est ingéré à des doses excessives.

Retour au menu

Réglementation

Le Code de la santé publique fixe à 1,5 mg/L la teneur maximale à respecter au robinet du consommateur.

Retour au menu

Actions curatives

Si la limite est dépassée, le responsable de la distribution de l’eau potable doit faire une enquête pour trouver les causes du dépassement et prendre les mesures correctives nécessaires. Parallèlement, il est tenu d’informer et de conseiller la population.
Si aucune solution ne peut être mise en œuvre rapidement, le responsable peut demander une dérogation au préfet d’une durée maximale de 3 ans, renouvelable deux fois. Aucune dérogation possible si la teneur est supérieure à 2 mg/L. Il faut noter que cet élément est difficile à traiter. La solution consiste le plus souvent à rechercher une autre ressource.

Retour au menu

Le sélénium

Origine

Le sélénium est une substance très peu abondante dans la nature en terme de quantité, mais largement répandue à l’état de traces au sein de minerais métalliques (fer, argent, cuivre, plomb et nickel). D’une manière générale, la présence de sélénium dans l’eau résulte des apports naturels (lessivage des sols, notamment d'anciens sédiments marins comme les calcaires de Brie et Champigny) et des rejets issus d’industries produisant et/ou utilisant le sélénium ou ses composés. Il en est également trouvé dans les stations d’épuration, principalement dans les boues. A l’état de sel, le sélénium est très soluble, d’où sa présence dans certains captages.

Retour au menu

Conséquences sur la santé

Le sélénium est un oligo-élément essentiel pour la santé, aux doses alimentaires normales (activité anti-oxydante, fonction immunitaire, fertilité, métabolisme thyroïdien). Il est toutefois considéré comme toxique en concentration plus élevée, voire potentiellement cancérogène à forte dose. Certaines propriétés thérapeutiques lui sont attribuées (complément alimentaire, anti-cancéreux, traitement de maladies de la peau).

Retour au menu

Réglementation

Le Code de la santé publique fixe à 10µg/L la teneur maximale à respecter au robinet du consommateur.

Retour au menu

Actions curatives

Si la limite est dépassée, le responsable de la distribution de l’eau potable doit faire une enquête pour trouver les causes du dépassement et prendre les mesures correctives nécessaires. Parallèlement, il est tenu d’informer et de conseiller la population. Si aucune solution ne peut être mise en œuvre rapidement, le responsable peut demander une dérogation au préfet d’une durée maximale de 3 ans, renouvelable deux fois. Il faut noter que cet élément est difficile à traiter. La solution consiste le plus souvent à rechercher une autre ressource.

Retour au menu

Et le calcaire ? (dureté de l'eau)

Origine

Le calcaire n'est pas un polluant mais la dureté de l’eau, qui renseigne sur la teneur en calcaire, est néanmoins mesurée dans les contrôles effectués par les services de l’Etat, au titre du contrôle sanitaire.

La dureté de l’eau exprime la quantité de sels de calcium et de magnésium dissoute dans l’eau. Elle est liée à la nature des terrains traversés par l’eau pompée. Les eaux des montagnes ou plaines riches en roches calcaires sont dures. Les eaux ayant traversé des roches siliceuses sont douces.
La dureté s’exprime par le titre hydrotimétrique (TH) mesuré en degré français (°F). Entre 10 et 20°F, l’eau est dite peu calcaire, calcaire entre 20 et 35°F et très calcaire au-delà.

Retour au menu

Conséquences sur la santé

Une eau dure peut couvrir un tiers des besoins humains en calcium et magnesium. La dureté de l’eau n’a pas de conséquences néfastes prouvées sur la santé.
Une eau dure provoque la formation de tartre ayant un effet protecteur vis-à-vis des canalisations quand l’épaisseur reste faible ou gêne l’écoulement quand elle devient trop importante. L’excès de dureté pose avant tout un problème de confort ou de durée de vie de certains appareils (utilisation accrue de savons, entartrage excessifs du chauffe eau ou autres appareils électroménagers, etc…).

Retour au menu

Réglementation

Le code de la santé publique ne fixe pas de limite maximale à respecter au robinet du consommateur, pour la dureté de l’eau.
Il stipule simplement que l’eau ne doit pas être agressive, ce qui peut arriver plus fréquemment avec des eaux douces.

Retour au menu

Actions curatives

Avant distribution dans le réseau public, les eaux trop dures peuvent faire l’objet d’un adoucissement partiel. Il importe alors que les eaux adoucies ne deviennent pas agressives, pour éviter les risques de contamination au contact des matériaux des canalisations (plomb en particulier). Ce même risque est à prendre en compte avec les adoucisseurs installés en domaine privé.
90% des franciliens ont à leur disposition une eau peu calcaire ou calcaire.

Retour au menu

Les autres polluants

Les métaux toxiques (hors plomb)

Ponctuellement, la ressource en eau peut être contaminée par d'autres substances telles que les métaux lourds (nickel, chrome, mercure), les solvants organiques, des hydrocarbures. Ces polluants sont principalement issus de l'industrie et du transport.

La surveillance régulière de la composition de l'eau conjuguée à une bonne connaissance du niveau de protection de la ressource en eau limitent fortement le risque de distribution d'une eau contaminée par ces polluants.

Retour au menu

Les résidus médicamenteux

La prise de conscience de l'impact des rejets médicamenteux dans les eaux usées, et qui se retrouvent ensuite dans les rivières et les nappes souterraines, est récente. Actuellement, les outils analytiques à disposition sont limités car les concentrations en jeu sont extrêmement faibles. Beaucoup de connaissances restent à développer. Un plan national sur 5 ans est en projet suite au Grenelle de l'environnement afin de mieux évaluer les risques encourus.

Retour au menu

Les perchlorates

Les divers sels de perchlorates peuvent être utilisés dans de nombreuses applications industrielles, en particulier dans les domaines militaires et de l’aérospatiale (propulseurs de fusées, dispositifs pyrotechniques, poudres d’armes à feu, etc). Les perchlorates peuvent se retrouver dans l’environnement à la suite de rejets industriels, mais également dans des zones ayant fait l’objet de combats pendant la première guerre mondiale. Les ions perchlorates sont très solubles dans l’eau.

Retour au menu

Alerte

Les adoucisseurs individuels ne doivent s'appliquer qu'au circuit d'eau chaude sanitaire. Un adoucissement excessif peut rendre l'eau agressive et un mauvais entretien des installations peut être source de contamination bactérienne.